image_53129865

Pacifistes ou “radicaux” commes nous décrivent les médias inféodés nous sommes considérés par nos gouvernants comme des ennemis a abattre et a réprimer

Aujourd’hui 3 Avril, le groupe des Clowns, le truc appelé « Clown Army », est parti du camping international pour se montrer à Strasbourg entre 13 et 14 heures ont été bloqué après cinq kilomètres par la police… contrôlés et renvoyés en arrière en les interdisant de faire leur manifestation non violente.

On parle de « censure flagrante ici à Strasbourg, à la veille de la manifestation non violente que demain divers groupes et organisations internationaux, arrivant de plus de 20 pays différents de la Forteresse Europe, voudront opposer aux logiques impérialistes de l’OTAN.

Aujourd’hui un groupe de plus de 80 personnes appartenants à la Clown Army, ont quitté le camping à bord d’un autobus et de deux autos, et ont été rapidement bloquées après avoir parcouru le 5 premiers km de route… bloqué par l’arrivée d’une vingtaine de voitures banalisées. les flics se sont déployés en tenue anti-émeute. Environ 60 policiers. Les clowns ont du descendre des véhicules et directement après avoir contrôlé leurs documents, ils ont été forcés de remonter dans leurs véhicules et ont été escorté jusqu’au camping ; en leur interdisant tout droit de manifester, même de façon non violente, coloré, gaie ; mais en même temps déterminé à critiquer et protester contre le sommet de l’otan

Les clown une fois remonté dans leur voitures, et escorté par environ huit fourgons de la police sont parti en marche arrière en effectuant cependant une série d’arrêts pendant laquelle ils sont sautés tout à coup hors de l’autobus et rapidement ont commencé à plaisanter avec les agents de police et à dessiner des petits coeurs et des signes de la paix sur leurs autos.

Tout cela est s’est répété minimum trois fois jusqu’à un moment où les policiers, mis en difficulté, du fait que les habitants du quartier ont commencé à sortir de leurs maisons en solidarité avec les clows et à plaisanter avec eux. les flics ont préféré ne pas participer à l’atmosphère festive en se barrant en vitesse du quartier.

Après la « disparition » de la police, les clowns décident partir à pied vers le centre ville pour organiser leur manifestation joyeuse et pacifique mais au premier carrefour ont trouvé devant eux la route bloquée par des auto-pompes et une ligne d’environ deux cents policiers et une vingtaine de fourgons derrière d’eux, lesquels ont fait pression pour les faire retourner au camp. le Clown ont plaisanté avec les militaires en faisant semblant d’avoir des insolations ; la police n’a pas hésité à actionner les auto-pompes, le groupe de clowns, intimidés par la police qui gagnait de la sorte du terrain - et en mode menacant - , se barrent en direction du camp.

La police est maintenant excitée et commence à tirer au gaz lacrymogène… deux, trois coups de feu à distance de trois kilomètres du camp.

Avertis dans le camp que les Clowns sont attaqués, de nombreux activistes commencent à arriver à l’endroit assiègé pour aider le groupe du clown à rentrer.

Une vingtaine de minutes sont passées depuis le début de l’action, les activistes (environ 400), aident les clows à rentrer mais ils sont toujours assiègés. Ca commence à s’aggraver et du camp, on entends une série d’éclats de gaz lacrymogènes et on voit les premières fumées des barricades en flammes.

Après maintenant une heure et demie depuis le début, le conflit continue mais on ne peut encore s’hasarder sur aucune donnée officielle, ni sur le nombre présumé des arrestations.

des membres de la clown army et des brigades du rire